Vous êtes ici : Accueil > Actualités > La diversité paysagère du Marais poitevin

La diversité paysagère du Marais poitevin

Il y a plusieurs écosystèmes et plusieurs paysages ici dans le Marais poitevin. Composé de diverses grandes entités écologiques et paysagères liées à son fonctionnement hydraulique, il en compte trois plus spécifiques : le marais mouillé, le marais desséché et le littoral, unis par un seul fil conducteur : l'eau. Autant de diversité amena forcément l'homme à réfléchir et à créer en fonction de son environnement. Les productions littéraires, artistiques, architecturales, économiques et agricoles dépendant donc de cette diversité qu'il convient de saisir pour mieux l'apprécier. Le Centre de ressources du Parc interrégional du Marais poitevin à Saint-Denis-du-Payré vous fournit les clefs pour comprendre et admirer cette mosaïque de paysages et de milieux interdépendants.

 


Découvrir et comprendre les paysages

Il y a beaucoup à dire sur les paysages du Marais poitevin, nous pourrions aisément consacrer un article à chaque unité paysagère car chacune possède ses spécificités tant du point de vue écologique, économique que culturel.

Nous allons nous contenter de voir les diverses ressources qui traitent de la diversité paysagère maraîchine sans entrer dans les détails de chacune car elles sont nombreuses, il vous suffit de venir nous rendre visite pour le constater.

Pour comprendre cette diversité, il faut déjà saisir le processus de formation du Marais poitevin tel qu'on le connaît aujourd'hui, il vous sera expliqué dans la plupart des livres traitant de ce territoire, cependant les schémas synthétiques présent sur le site du Parc Interrégional du Marais poitevin restent la voie la plus rapide et pratique. Si vous entreprenez de parcourir le Marais en famille, Les paysages du Marais poitevin est de mise car ce cahier de découverte ludique et synthétique explique à merveille le fonctionnement et la biodiversité des différents paysages que vous pourriez y rencontrer.

Pour les plus hardis, deux ouvrages particulièrement éclairants sur le sujet sont à noter, le cas du Marais poitevin y fait d'ailleurs autorité : Zones humides du littoral français de Fernand Verger, cet ouvrage très complet traite des aspects écologiques et géographiques des marais. Et L'assèchement des marais en France au XVIIe siècle de Raphaël Morera, ouvrage historique, étudie la gestion et l'exploitation des zones humides mettant ainsi en lumière le rapport entre l'État et le territoire sous l'Ancien Régime.

Si le support audiovisuel vous intéresse, vous pouvez venir emprunter le film Le marais Poitevin, un espace, des paysages qui synthétise en 30 minutes l'histoire du Marais, la description des paysages et des activités à travers une série de témoignages. D'autres films sont également disponibles à l'emprunt au Centre de ressources comme Entre deux eaux, identités du Marais Poitevin de Samuel Caquineau.

Des paysages qui inspirent

Peur, indifférence, curiosité, attrait... Au fil du temps, le Marais poitevin a inspiré différentes émotions.

Au départ, et comme toutes les zones humides (qu'elles soient littorales ou marécageuses), cet espace vaseux suscite la peur et la réticence. Ses habitants sont avant tout considérés comme des miséreux méfiants et peu sociables. Jusqu'au XIXe siècle le Marais a maintenu ce rôle de repoussoir, les contes et les légendes qui s'y référent font parfois état de diableries et de monstres divers et variés dont les méandres du marais dévalorisé favorisent les apparitions, Êtres fantastiques des Deux-Sèvres décrit d'ailleurs quelques habitants aussi horribles que pittoresques dans le secteur du marais mouillé.

Puis arrivent les campagnes de dessèchement du Marais, débutées par les moines du Moyen-Age. Les habitants deviennent alors des maraîchins sédentarisés et s'ils conservent leur réputation farouche et miséreuse, ils sont libres avant tout et ils conserveront cette liberté jusqu'à l'établissement du cadastre communal en 1850, véritable symbole du contrôle des terres. Après les différentes entreprises de dessèchement, le Marais poitevin du début du XIXe siècle présente deux parties distinctes : un marais oriental luxuriant, paradis des arbres et le marais occidental aux vastes étendues nues. Autant dire que la curiosité scientifique est alors de mise, les ingénieurs du roi puis de l'empereur œuvrent à la structuration saine et productive d'une zone humide que le potentiel économique rend enfin intéressante.

Au tournant du XXe siècle, comme nous l'avons vu dans un précédent article, la notion de loisir imprègne la bourgeoisie commerçante des grandes villes alentours, le Marais devient un sujet d'escapades aventureuses et romantiques tandis que le mot «pittoresque » excite une certaine curiosité exotique. Les érudits locaux commencent à s'intéresser un peu mieux à cet espace, en témoignent les différents articles parus dans les revues savantes de l'époque telles que le Bulletin de la Société Statistique des Deux-Sèvres ou encore Le Pays d'Ouest. D'autres esprits créatifs sont inspirés devant la nature contrôlée et pourtant si sauvage du Marais, c'est ainsi que naît une production poétique compilée notamment dans les Floralies de l'Ouest, mais aussi une importante production iconographique dont l'ouvrage Les peintres, Charentes-Poitou-Vendée fait état.

 

Relater les paysages du Marais d'aujourd'hui

Quelles inspirations aujourd'hui ? Aujourd'hui, différents intérêts se croisent sur le territoire, les émotions sont donc variées selon l'occupation et l'exploitation du paysage.

Quelque part au fil des conches du marais mouillé, on peut trouver de la nostalgie sur la barque d'un pêcheur ou d'un forestier. La curiosité, l'émerveillement et l'aventure sont toujours de mises lorsque la saison touristique est là. Du côté du marais desséché, le paysage plus rude et plus exploité appelle d'autres sentiments, entre les intérêts des naturalistes et des agriculteurs.

La production artistique et littéraire s'est développée, de nombreux ouvrages aussi beaux que diversifiés en témoignent. Puisque les images valent parfois mieux que de longs discours, commençons avec la photographie. Les livres sur le Marais poitevin présentent souvent l'avantage d'être agrémentés de splendides travaux photographiques et cela vient très certainement de l'étonnante diversité des paysages qui inspirent les artistes. Le Marais poitevin, de Niort à l'Océan... sous un cerf-volant en est un splendide exemple : accroché sous un cerf-volant, un appareil photo à donné de l'altitude à notre représentation du Marais sans tomber dans la vue d'ensemble souvent fade de la photographie aérienne. De sa source à son embouchure, vous suivez ainsi la Sèvre à travers les départements et les saisons.

Dessiner le Marais poitevin est une autre manière de le relater. Les croquis pris sur le vif de Laurent Buquet dans les Carnets Vendéens, nous exposent un Marais poitevin vendéen aux contours flous presque magiques, excitant notre imaginaire et notre curiosité. De son côté, Paul Maudonnet peint des aquarelles sur la Vendée et sur le Marais poitevin plus spécifiquement, les couleurs utilisées sont chaudes, les esquisses, implicites, là encore le dessin est une autre manière de découvrir un paysage donné, c'est une découverte poétique et parcellaire qui pousse le spectateur à aller plus loin dans son voyage.

Il y a beaucoup à dire et à écrire également. De la mer à la Venise Verte, Marais poitevin compile des témoignages d'auteurs d'hier et d'aujourd'hui sur leur rencontre avec ce site ; témoignages entrecoupés des photographies noir et blanc de Jean-Luc Chapin. La mise en page surprenante et la diversité des écritures relatent à la perfection l'identité de ce Marais. De plus, la poésie est toujours d'actualité, vous pouvez en avoir un aperçu dans le livre De terre et d'eau, promenade en Marais poitevin, où les textes en prose de Michel Cordeboeuf côtoient avec élégance les dessins à l'encre de chine de Camille Gougnard.  

 

Du ruisseau à la mer, il y a plusieurs paysages mais il n'y a qu'un seul Marais poitevin, fort de sa diversité, fier de ses facettes complémentaires. 


Le Centre de ressources est ouvert au public les mercredis de 9h30 à 12h et de 14h30 à 17h30 et tous les autres jours de la semaine sur rendez-vous. Vous pouvez nous joindre au téléphone au 02 51 28 41 11 ou au 02 51 28 41 12 et par courriel à l'adresse : centre.ressource@parc-marais-poitevin.fr

SHARE